Image27                                                                               

Thème : Formation de jeunes par la Culture de produits vivriers

                                               I.      Le Contexte :   

Ø      Situation géographique de la Côte d’Ivoire.

Ø      La particularité de son Economie

Ø      Situation sociale des jeunes Ivoiriens

Ø      Situation géographique, rurale et isolement de Yapikro

Ø      Caractéristiques de la Population  locale

Ø      Caractéristiques de l’économie

Ø      En quoi est ce que l’absence de coopérative et l’analphabétisme sont-ils un frein  à l’évolution de la commune de BROBO (BOUAKE)

    Constats :

         La Côte d’Ivoire, pays dont l’expansion économique repose sur l’agriculture à fort taux de chômage, d’alphabétisation et de déscolarisation + 57,6 % des jeunes à l’exception des villes (Abidjan et Yamoussoukro) quittent l’école après l’échec au BEPC (Classe de 3ème).

            Mais nous soulignons au passage un taux de 70,6 % de femme analphabètes contre 48,1 % chez les hommes dans les campagnes.

            Cette population rurale assure la production et la commercialisation du vivrier. La rentabilité est faible, les charges quotidiennes énormes et le pouvoir d’achat faible.

            Yapikro est situé dans le centre nord de la Côte d’Ivoire avec un climat baouléen (tropical) une végétation savanicole qui favorise plusieurs produits et aussi l’élevage des bovins.

        MARAICHERS COTE D’IVOIRE Aubergine_N_drowa

Ø      Apporter des moyens matériels aux jeunes pour les aider à payer leurs cours par leur travail. (Lutte contre la déscolarisation). 

Ø      Amener certains jeunes dont l’âge varie de 18 à 35 ans à travailler la terre de façon raisonnée, organisée, et soucieuse de l’environnement pour les amener à en tirer des revenus suffisants pour en vire.

Ø      Valoriser le secteur géographique, et lutter contre l’exode rural qui ne vise qu’à grossir le flot des pauvres urbains.

Ø      Apporter une possibilité de ressources à tous, au travers de travaux correspondant à leur .savoir faire et leur talent.

Ø      Promouvoir la santé et l’hygiène.

Constats

                Les cultures vivrières de types maraîchères très variées et florissantes sont mises en place par les jeunes qui soit n’ont pas eu de patron  pour l’ouest Cacaoyer du pays. Les jeunes élèves organisent leurs vacances en s’investissant dans ces cultures pour obtenir le financement nécessaire au paiement de leurs cours l’année suivante.

                Ils sont organisés de façon informelle sans encadrement. Ces jeunes sont confrontés en amont à des problèmes matériels pour entreprendre leur projet, et souffrent de ne pas pouvoir les réunir pour obtenir de bons résultats en terme de rendement. Ils doivent aussi faire face aux problèmes liés à l’organisation peu rationnelle des travaux.

En aval, ils sont contraints de vendre à prix bradés leurs produits à des grossistes peu soucieux de les payer de leurs efforts.

                                            II.      Les moyens

Ø      Le savoir faire existe, mais les moyens manquent cruellement. Il faut fédérer les énergies, et structurer les activités liées à la culture. 

Ø      Il est nécessaire de mettre en place une organisation capable à la fois d’encadrer les gens, et de traiter en aval la distribution des produits cultivés. 

Ø      Il est nécessaire d’apporter un soutien technique par la formation à la culture, et une sensibilisation à l’organisation des cultures, dans le respect de l’environnement : il s’agit de développement durable. 

Ø      Il faut développer d’autres m étiers, venant compléter l’activité principale, la culture maraichère. 

Ø     La création d’une structure reconnue, sous forme d’association ou de coopérative apparait indispensable pour devenir des interlocuteurs viables, et obtenir l’accès , en amont à des moyens, en aval à des structures susceptibles d’écouler nos produits pour l’écoulement de la production au meilleurs prix 

                           

                                        III.      Public ciblé Image03

                  Le projet s’adresse à toute la jeunesse disposées à entreprendre des travaux agricoles.

Il comporte deux aspects principaux :

-         la mise en place d’une structure, leur permettant de trouver un encadrement technique et éducatif.

-         la distribution d’un revenu juste qui leurs permettre la poursuite d’études

                     IV. Les principaux composants du projet 

Ø      Formation à la protection de l’environnement

Ø      Comptabilité

                                       IV.      Résultats attendus

Ø      Investir pour grandir financièrement

Ø      Obtenir par l’organisation plus rationnelle du travail, une production plus importante.

Ø      Se regrouper en coopérative pour s’organiser dans la durée.

Ø      Amélioration de leur condition de vie

Ø      Développer l’entraide communautaire

Ø      Accéder à l’autonomie financière

                                           V.      Durée du projet

Quatre vingt dix  neuf  ans  (99)

                                       VI.      Calendrier d’exécution 

Dès que les moyens sont réunis (humains, matériels et financiers…..)

Autres projets visés par les jeunes après enquêtes  menées sur le terrain :

-         Etre propriétaire de ferme de bovins

-         De volaille

-         De Lapins

-         De  jardins  de produits  maraîchères

Exemple

             Eléments manquants sur le terrain :

puits, forage ou pompe villageoise  pour continuer durant toute l’année pour compenser l’éloignement du barrage

                              Au nom de cette jeunesse en quête d’espoir, disposées au travail, et avide de savoir, je m’engage à diriger ce projet dans le but de réussir ma mission est commune à tous.

                        Enfin, je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé de cœur et de technique à établir ce projet.

                        Mais nous engageons tous mais dont le respect de tout un chacun quel que soit l’âge ou le sexe.

images